Image default

BILLET POLITIQUE DU 28 DEC

BILLET POLITIQUE DU 28 DÉCEMBRE 2020

La Centrafrique retient son souffle

Ce dimanche, les Centrafricains étaient aux urnes malgré les tensions et en dépit de la peur ventilée par des groupes rebelles. Se prévalant de l’escalade de la violence dans le pays, l’opposition a réclamé le report des élections avec le slogan « tous contre Touadéra » . Leur souhait était de remettre en cause le processus électoral afin d’instituer une transition. Cette tentative de déstabilisation a pour instigateur désigné par le gouvernement TOUADERA et ses partenaires, l’ancien président François BOZIZE. Un pays ruiné par les conflits inter- religieux; lesquels conflits sèment le chaos dans les différentes régions du pays depuis 2011. Un pays qui grâce au travail de la communauté internationale se relève peu à peu des violences entre les différents groupes rebelles, les ” séleka, les Balaka et les anti balaka “. Oui, la République centrafricaine commence par se construire avec une Constitution, une économie relancée et un processus démocratique enclenché. Après l’épisode de la crise politique de 2011 qui a vu François Bozizé chassé du pouvoir par Michel DJOTODIA et ses groupes rebelles, le pays reprend vie et fait rêver à nouveau ses filles et fils. Et voilà les assoiffés du pouvoir ne souhaitent que le recul du système démocratique enclenché. Ils veulent semer à nouveau le chaos dans un pays déjà en difficulté. Comment peut-on vouloir détruire un pays à qui l’on doit tout?. Nos hommes politiques africains sont prêts à tout pour le pouvoir quit à constituer des alliances de toutes sortes. Bozizé n’a pas supporté que son dossier de candidature pour la présidentielle soit rejeté pour des raisons juridiques. N’y a-t-il pas autre moyen de servir son pays en dehors du fauteuil présidentiel ? Un ancien président de retour d’exil devrait plutôt chercher à jouer un rôle d’unificateur. Mais que nous arrive-t-il en Afrique? Incapables de faire preuve d’amour pour leur peuple; incapables de faire preuve de maturité, ils ne connaissent que le langage des armes, ces hommes politiques. Nous voulons que les autres nous respectent ? Alors apprenons à nous respecter nous-mêmes.

Nelie DODJINOU

 484 total views,  1 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.