Image default

Climat : le GIEC alerte sur une catastrophe écologique qui sera sans appel

Ecouter l'article

Le rythme du dérèglement climatique connaît une progression rapide. Il s’intensifie au fil des années et touche toutes les régions de la planète. C’est la conclusion du groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du Climat ( GIEC) à travers son tout nouveau rapport.

Le rapport fait un état des lieux alarmant sur la situation climatique à l’échelle mondiale. D’abord parce qu’il renseigne sur le caractère implacable avec lequel les hommes impactent le climat à travers la planète : la température de l’air connaît une élévation. Idem pour celle de l’océan. La hausse du niveau de la mer est une réalité. Par ailleurs, la fonte des glaciers intrigue. Ces différents phénomènes s’aggravent avec une ampleur jamais connue. Ensuite, le rapport alerte sur le tableau sombre de l’univers qui se dessine : il s’agit de catastrophes climatiques qui seront récurrentes si l’on continue de recourir de façon inconsidérée au combustible fossile. Des changements irréversibles liés à la montée des eaux, des océans tout comme la fonte des glaciers vont s’imposer en dépit des actions ultérieures pour freiner ces phénomènes. Enfin le document mentionne que la terre a déjà gagné +1,1degré C. Mais les experts rappellent que dans tous scénarios envisagés du plus optimiste ou plus pessimiste, on devrait s’attendre à +1,5 degré C ou +1,6 degré C pour ce qui est de la température mondiale. Le GIEC dans son estimation vise l’horizon 2030.

C’est dans le 1er volet de son sixième rapport d’évaluation rendu public ce 09 août 2021 que le GIEC dresse ce diagnostic pour le moins saisissant. Commentant le rapport, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guêtres a declaré ” La sonnette d’alarme est assourdissante et les preuves irréfutables : les émissions de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles et de la déforestation étouffent notre planète et mettent des milliers de personnes en danger immédiat “

Aujourd’hui, les puits de carbone saturent. Depuis 1990, les forêts, les sols, et océans ont stocké 56 pour cent du CO2 émis dans l’atmosphère venant notamment des activités humaines. Sans ce système naturel d’absorption du carbone par le sol, les forêts et les océans, la planète serait plus chaude et quasi inhabitable. Mais ces puits de carbone, alliés importants dans la lutte contre le réchauffement climatique vont moins absorber de carbone au cours du siècle au regard des signes de saturation qu’ils présentent.

 1,163 total views,  2 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.