Image default

Climat sociopolitique au Bénin : Richard Boni Ouorou adresse une lettre ouverte à ses compatriotes (Écoutez l’intégralité)

Ecouter l'article
  • Le politologue bénino-canadien, Richard Boni Ouorou récidive. Après sa dernière lettre ouverte à Patrice Talon ayant suscité moults interprétations, il revient toujours par le même canal expliquer à ses compatriotes béninois, la pertinence de ce qu’il propose. Le politologue apporte de nouveaux éléments à la lumière des critiques qu’il a essuyées. Finie, la ” politicaillerie médiocre” lance t-il dans cette lettre lue par Crystal News par la voix de Virgile AHOUANSÉ.

 2,216 total views,  1 views today

Articles Similaires

3 commentaires

Avatar
Patrick E 13 septembre 2021 at 17 h 45 min

Politicaillerie médiocre c’est quand on fait des usurpation de titres et diplômes qu’on a pas. C’est quand on a fait le tour de toutes les chapelles politiques pour offrir des services et une expertise qu’on a pas acquis ni académiquement ni professionnellement. Une image dans un costume
clean n’est que la moitié de l’équation, c’est le vehicle mais si le contenu du véhicule n’est pas accrédité par l’expérience et la connaissance cela devient UNE ARNARQUE… Vous avez dit Université de Montréal j’en vous met au défis de montrer un parchemin de cette université. Mieux lequel de vos supposée n’employeur pourra valider votre parcours professionnel.
Et surtout ne venez pas nous parler d’equipe Trudeau.
A. BEAU MENTIR QUI VIENT DE LOIN

Répondre
Avatar
Boco V 13 septembre 2021 at 18 h 22 min

Virgile merci de dire à Mr Boni qu’en politologue il doit accepter la contradiction et les idées autres. Dites lui qu’il ne veut imposer se idées aux autres et accepter le débat. Pour convaincre il faut accepter le dialogue et non bloquer les personnes qui n’acceptent intégralement ses propositions au point de les bloquer sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas à la hauteur de ce qu’il.prentent être.

Répondre
Avatar
Boni 15 septembre 2021 at 16 h 49 min

Madame Bocco, je n’ai jamais évité les débats au contraire, je les suscite.
Mais ce que j’évite, ce sont les intrigues. Quand on commence à manquer d’objectivité, je m’éloigne le temps que les esprits se calment. Quant aux autres qui sans arguments s’en prennent à ma personne, je leur demande de s’armer de patience car le chemin pour eux est encore très long.

C’est déplorable, que, chez nous, le débat politique au 20eme siècle tourne encore autour des personnes et non des idées.

Malgré mon jeune âge, je ne descends pas dans la boue.

Répondre

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.