Image default

En pleine crise avec Ankara, Paris va dissoudre le groupuscule turc les Loups Gris

En pleine crise diplomatique entre Paris et Ankara, le gouvernement a annoncé lundi la dissolution prochaine en France du groupe ultra-nationaliste turc les Loups Gris, pointé du doigt après de récents incidents avec la diaspora arménienne près de Lyon.

Ce groupe d’extrême-droite, actif en Turquie comme au sein d’une partie de la diaspora en Europe, est réputé proche de Recep Tayyip Erdogan, même s’il n’est pas porteur d’un discours religieux marqué comme le président turc. 

Il s’agit d'”un groupement de fait particulièrement agressif pour ne pas dire plus”, a déclaré lundi le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en annonçant cette dissolution qui doit être actée mercredi en Conseil des ministres.

En France ce groupuscule, dont le nombre exact de membres est difficile à quantifier, a été accusé d’avoir participé mercredi à des incidents ayant opposé les communautés turque et arménienne près de Lyon. 

Les tensions entre ces deux diasporas, récurrentes depuis des décennies, sont exacerbées depuis le déclenchement en septembre d’une guerre dans la région indépendantiste du Nagorny-Karabakh, opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie.

Mercredi soir à Décines-Charpieu, près de Lyon, la police est intervenue pour empêcher quelque 250 extrémistes turcs d’en découdre avec la communauté arménienne locale après un premier incident sur l’A7 dans la matinée. 

Dimanche, toujours dans la région lyonnaise, un mémorial du génocide arménien a été retrouvé tagué avec l’inscription “Loups Gris” et de nouvelles inscriptions anti-arméniens ont été découvertes lundi à Meyzieu (Rhône) et sur les murs du consulat d’Arménie à Lyon.

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) a dénoncé une “chasse aux Arméniens” et une “série d’événements visant à terroriser et intimider les citoyens français d’origine arménienne”. 

– Panturquisme –

Cette dissolution intervient dans un contexte diplomatique fortement dégradé entre Paris et Ankara depuis l’an dernier, en raison notamment de désaccords sur la Syrie, la Libye et la Méditerranée orientale.

Ces tensions se sont encore intensifiées depuis fin octobre, lorsque le président turc a initié une campagne de boycott de produits français et violemment attaqué Emmanuel Macron pour avoir défendu le droit de publier des caricatures au nom de la liberté d’expression.

M. Erdogan a accusé son homologue français de mener une “campagne de haine” contre l’islam et mis en cause son “état de santé mentale”.

La milice des Loups Gris, dont le signe de ralliement est un pouce joint au majeur et à l’annulaire, a été fondée dans les années 1970 pour soutenir le parti extrémiste proche de l’idéologie fasciste MHP. Les Loups gris ont commencé à faire parler d’eux dans les années 1980, lors d’actions violentes contre des militants de gauche et des minorités.

Aujourd’hui ralliés à l’idéologie “panturquiste”, ils sont présents dans plusieurs pays d’Europe, au premier rang desquels l’Allemagne et l’Autriche où ils mènent régulièrement des campagnes d’intimidation, et ont été soupçonnés d’avoir été impliqués dans l’assassinat de trois militantes kurdes en 2013 à Paris. Ils sont également réputés proches de certains milieux mafieux.

Pour la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen, cette dissolution est toutefois “un coup de com'”.

Elle a accusé sur Twitter le ministre de l’Intérieur de ne pas s’attaquer au “vrai problème : l’association pro-califat Milligrorus”, en référence à l’organisation islamique turque proche d’Erdogan et des Frères musulmans, qui gèrent plusieurs dizaines de mosquées et écoles en France. 

Le gouvernement s’est engagé depuis l’assassinat du professeur Samuel Paty le 16 octobre par un islamiste d’origine tchétchène, dans une série de dissolution d’associations ou de groupes radicaux, accusés de relayer l’idéologie islamiste radicale en France. 

Le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine et l’ONG musulmane Baraka City ont été ainsi été récemment dissous, tandis que la dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), annoncée dans la foulée de l’assassinat de Samuel Paty sera examinée “dans 15 jours”, a annoncé Gérald Darmanin.

Avec AFP

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.