Image default

Engagement de Patrice Talon à ne pas faire un troisième mandat : l’ambassadeur Omar AROUNA se prononce

Ecouter l'article
  • Cette tribune de l’ancien ambassadeur du Bénin près les États-Unis fait suite à la promesse de Patrice Talon il y a quelques jours de ne pas faire un troisième mandat présidentiel. Omar AROUNA ne croit pas à cet engagement et rappelle quelques promesses non tenues de l’actuel Chef de l’État du Bénin. Patrice Talon est à son second mandat alors qu’il avait promis ne faire qu’un et unique.

BÉNIN, “A BEAU MENTIR QUI VIENT DE LOIN”,

Voilà une expression proverbiale dont le sens est limpide.

Apparu au temps où les moyens de locomotions et la communication étaient peu rapides, “il était facile à un voyageur revenant de loin de raconter des mensonges sur ce qu’il avait vu au cours de son périple, sûr qu’il était que personne n’irait vérifier.”

Il est facile de mentir quand les propos tenus ne sont pas vérifiables ou si personne ne peut contredire le discours.

Heureusement qu’à cette ère, où le temps moyen de propagation d’information tourne autour de 175 minutes, rien ne reste caché trop longtemps, tout se sait, et tout se vérifie.

La possibilité de faire un retour en arrière, le temps d’une analyse comparative, d’une déclaration ou d’une affirmation, la possibilité de reconstituer un contexte, d’examiner des antécédents de l’auteur, d’une affirmation ou d’une promesse est réelle et généralement n’est qu’à quelques clics de claviers.

 Voyez donc ma surprise quand le week-end dernier internet-version-Benin s’est enflammé, par suite d’une déclaration de Patrice Talon.  

Celui-là même que l’activiste politique et militante des droits humains, Nathalie Yamb avait surnommé « Monsieur je ne ferai qu’un mandat ».

Il a en effet déclaré au cours de son apparition aux travaux du 2ème sommet citoyen ouest-africain sur la bonne gouvernance et la démocratie, que “Limiter les mandats est, à tous égards, au profit du peuple, plutôt que de laisser les uns et les autres rester éternellement dans la fonction.”

Il n’en a pas fallu plus pour que certains s’excitent et applaudissent tandis que d’autres s’activent déjà à lui réinventer des qualités de démocrate… à celui-là même qui avait déjà promis que par exigence morale il ne ferait qu’un seul et unique mandat présidentiel pour en être à son second…

Par exemple, parmi tant d’autres, dans une série effrénée de tweets, l’Activiste sénégalais Alioune Tine, s’est empressé de relayer « la bonne nouvelle ».

Même si pour certain cet enthousiasme peut s’excuser si on ne connaît vraiment pas Patrice Talon et ce qu’est devenu le Bénin sous sa dictature.

Ce n’est sûrement pas le cas d’Alioune Tine qui était encore récemment à Cotonou incognito sur invitation de Patrice Talon, tous frais payés, le temps de quelques rencontres avec plusieurs personnalités triées sur le volet par le pouvoir, dans un effort délibéré de blanchiment et de dissimulation des faits déplaisants ou incriminants concernant la dernière crise électorale.

Menteurs pathologiques ?

Et pourtant il suffit de très peu pour se rendre compte que depuis bientôt six années de pouvoir Patrice Talon a fait du mensonge un instrument de gouvernance au Bénin.

L’homme a souvent fait sciemment et intentionnellement de fausses déclarations pour finalement faire une volte-face dont lui seul en a le secret.

Toute l’Afrique et le reste du monde connaît l’épisode de « je ferai de mon mandat unique une exigence morale » et pourtant Patrice Talon ne s’est pas gêné pour exclure tous ses challengers, bourrer les urnes et marcher sur des cadavres afin de s’offrir un deuxième mandat dont il disait ne pas en vouloir.

Moins connu reste l’épisode de 2016 du « Je rêve que les Béninois me portent en triomphe dans cinq ans » qui plusieurs années plus tard à l’épreuve du pouvoir s’est transformé en « moi je n’ai jamais dit que mes compatriotes allaient me porter en triomphe à la fin de mon mandat ».

Ou encore quand il déclare qu’il ne va pas changer la constitution béninoise, mais qu’au détour d’une nuit d’Halloween, en un temps trois mouvements il a tôt fait de changer pour se la tailler sur mesure.

Trompez-moi une fois, honte à vous ; Trompez-moi deux fois, honte à moi…
Pour peu qu’on s’y attarde on s’en rend compte très vite.

Un personnage comme Patrice Talon qui a un sens exagéré de sa propre importance, un besoin profond d’attention et d’admiration excessive, des relations troublées et un manque d’empathie pour les autres aura toujours tendance à faire des déclarations ou dire tout afin de marquer le moment pour quelques instants d’adulation.

Donner foi à cette nouvelle déclaration de ne pas briguer un troisième mandat aux regards des cinq dernières années faites de démantèlement systématique de la démocratie, de suppression des droits humains élémentaires, du musellement des voix dissidentes d’acharnement gratuit contre des leaders jeunes et prometteurs comme Komi Koutché exilé aux États-Unis, d’arrestation tous azimuts comme celle de Reckya Madougou ou du Professeur Joël Aïvo, d’exactions économiques et financières est un exercice suicidaire… qui plus est dans un contexte sous régional ou certains Chefs d’État ont clamé urbi et orbi sur tous les toits leur intention de ne briguer un troisième mandat pour se dédire au dernier moment sur la base d’ arguments saugrenues et fallacieux.

Bienvenue donc dans la république autocratique du Bénin…

 1,514 total views,  10 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.