Image default

Est de la RDC: au moins 19 morts en plusieurs jours d’affrontements

Au moins dix-neuf personnes ont été tuées en plusieurs jours d’affrontements entre milices dans la région des Hauts Plateaux de l’Est de la République démocratique du Congo, selon des experts et un responsable local.

Les combats entre milices rivales ont fait “19 morts dont deux civils et 17 combattants”, ont affirmé à l’AFP des experts présents dans cette région de la province du Sud-Kivu.

La région est le théâtre d’un conflit entre des Congolais tutsis aux lointaines origines rwandaises, les Banyamulenge, et d’autres communautés (Bafuliro, Babembe, Banyiundu…).

“Il y a eu des violents combats depuis lundi” opposant les milices des Banyamulenge à celles d’autres communautés, a indiqué un responsable local sous couvert d’anonymat.

“On a comptabilisé au moins 30 cadavres”, a-t-il ajouté.

Selon les experts, “14 des combattants (tués) seraient ceux de Makanika”, un colonel qui a déserté l’armée pour prendre la tête d’une milice de la communauté Banyamulenge, les Ngumino.

Présente dans la zone, la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a indiqué à l’AFP n’avoir aucun bilan immédiatement.

Si le bilan se confirmait, il s’agirait de l’une des plus importantes flambées de violences depuis la reprise du conflit début 2019.

Au total 128 personnes ont été tuées entre février 2019 et juin 2020, indiquait en août le Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l’homme (BCNUDH).

Le conflit aurait déplacé plus de 110.000 personnes, d’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), des chiffres impossibles à vérifier.

Depuis fin septembre, ce conflit a pris une dimension politique avec la tentative d’octroyer définitivement à la localité de Minembwe le statut d’une commune à part entière, avec à sa tête son bourgmestre issu de la communauté Banyamulenge.

Cette décision finalement annulée par le président de la République Félix Tshisekedi, a été dénoncée par des opposants et de nombreux Congolais.

Ils y ont vu une atteinte à l’unité et l’intégrité territoriale de la RDC, en dénonçant une tentative de “balkanisation” de l’Est du pays. 

Plus au nord, dans la province de l’Ituri, trois miliciens ont été tués jeudi dans des affrontements avec des militaires dans le village de Mbogu situé à 10 km de la ville de Bunia, capitale provinciale, a indiqué un porte parole de l’armée.

Ces miliciens, membres de l’une des branches du groupe armée Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) ont été accusé du vol d’une centaine de vaches. 

Avec AFP

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.