Crystal Radio

Crystal News

A l'antenne

Tire

Artist

Background

Guinée: campagne électorale tendue avec des incidents entre pouvoir et opposition

Ecrit par Sur 1 octobre 2020

La campagne pour la présidentielle du 18 octobre s’est ouverte il y a deux semaines dans un climat d’inquiétude, après des mois de tensions causées par la candidature du sortant Alpha Condé à un troisième mandat controversé. A Labé puis à Dalaba, le convoi du Premier ministre directeur de campagne du Condé, Kassory Fofana a essuyé des jets de pierres, a indiqué le gouvernement dans un communiqué. Ce que l’UFDG, le principal parti d’opposition de Cellou Dalein Diallo dément. 

Droit dans ses souliers, le ministre de la Sécurité, Albert Damantang Camara affirme que le cortège du Premier ministre Kassory Fofana a été attaqué par des loubards et des casseurs dans certaines villes réputées favorables à l’opposition qu’il n’apprécie pas.

« C’est vraiment un mauvais signe qu’on envoie aux électeurs et aux Guinéens en général, regrette Albert Damantang Camara, et ceux qui sont responsables de ça devraient réfléchir à deux fois avant que cela ne se répète : rien de justifie ce déchaînement de violence contre des représentants d’un candidats qui ne font que faire leur campagne ».

 Le principal opposant Cellou Dalein Diallo, qui sent ses partisans visés dans cette attaque, dément et porte des accusations directes.

« Malheureusement il y a eu ces incidents que nous regrettons, mais, nous sommes persuadés que c’est le fait du RPG (Rassemblement du peuple de Guinée, au pouvoir NDLR) qui cherche des prétextes pour pouvoir agresser les militants ou le leader de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée, principal parti d’opposition) ».

Les deux bords appellent au calme

« Un appel au calme un peu partout, pour que les responsables de ce genre d’évènements se ressaisissent, poursuit Albert Damantang Camara. La justice fera son travail, mais le plus important c’est dans la tête des candidats que ça doit se passer, faire une campagne apaisée et responsable ».

De son côté, Cellou Dalein Diallo assure qu’il « appartient à l’Etat d’assurer la sécurité des cortèges. De notre côté, nous continuons à lancer un appel à tous nos militants pour qu’ils continuent de faire preuve de retenue et laissent les adversaires faire correctement leur campagne ».

Un adolescent a perdu la vie hier dans les accrochages entre manifestants et forces de l’ordre dans la ville de Dalaba.


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *