Crystal Radio

Crystal News

A l'antenne

Tire

Artist

Background

Le président sud-africain appelle au calme après les émeutes qui ont suivi la mort d’un jeune

Ecrit par Sur 28 août 2020

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a appelé vendredi au calme au lendemain des violentes émeutes qui ont enflammé une banlieue de Johannesburg après la mort d’un adolescent attribuée par la population à la police.

Agé de 16 ans et atteint de trisomie, Nathaniel Julius a été tué par balles dans des circonstances controversées mercredi soir dans le township d’Eldorado Park.

Les membres de sa famille accusent une patrouille de la police de l’avoir abattu froidement alors qu’il jouait dans la rue avec un groupe d’enfants.

“Il se tenait là et des flics l’ont interpellé. Il s’est approché d’eux et ils l’ont descendu”, a raconté à l’AFP un des oncles de la victime, Cyril Brown.

La “police des polices” a ouvert une enquête.

Jeudi, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues d’Eldorado Park, brûlant des pneus, dressant des barricades et s’attaquant à un commissariat.

La police a riposté par des tirs de gaz lacrymogène, de grenades assourdissantes et de balles caoutchoutées.

M. Ramaphosa a exhorté la population à ne pas laisser sa “colère s’exprimer de telle façon qu’elle aggrave le traumatisme”. “La justice ne peut prévaloir que si la population collabore avec le système judiciaire”, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le chef de l’Etat a également présenté ses condoléances à la famille de la victime, “dont la mort tragique a suscité la colère et causé des troubles dans une communauté qui mérite bien mieux”.

La situation restait tendue vendredi sur place vendredi.

Venu rencontrer la famille de la victime, le ministre de la Police Bheki Cele a été accueilli par une foule de protestataires aux cris de “Nous voulons la justice”. Il a promis de faire toute la lumière sur le drame.

La police sud-africaine est régulièrement accusée d’exactions contre les civils. Au moins dix personnes ont ainsi été tuées cette année par la police et les forces armées qui faisaient respecter le confinement instauré pour enrayer la pandémie de coronavirus.

Ces accusations ont repris de plus belle à la faveur de l’émotion mondiale suscitée plus tôt cette année par la mort aux Etats-Unis de George Floyd, un homme noir étouffé par un policier blanc.

Au chevet de la famille de la victime d’Eldorado Park, le responsable du Conseil sud-africain des Eglises, l’archevêque Malusi Mpumlwana, a jugé “difficile à comprendre pourquoi des tirs à balles réelles (s’étaient) produits dans une telle communauté”. 

“On ne peut pas dire +Les vies noires comptent+ au Etats-Unis si nous ne le disons pas aussi en Afrique du Sud”, a ajouté le prélat.

Une pétition en ligne réclamant des poursuites judiciaires contre les auteurs du coup de feu qui a tué Nathaniel Julius avait déjà recueilli vendredi plus de 84.000 signatures.

© AFP


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *