Image default

Mitrovic, Berge, Lukaku : ces transferts sortants records qu’on risque de ne plus voir après le Brexit

Les nouvelles règles imposées par la Fédération Anglaise de football pour le transfert de joueurs européens au lendemain du Brexit vont changer pas mal de choses sur le marché des transferts. Moins de jeunes étrangers et plus de place pour les purs produits britanniques, c’est bien mais les gros clubs pourront toujours dépenser leurs millions pour les meilleurs (et plus chers) joueurs de la planète. Et à côté de ça, pour les talents à confirmer et leurs clubs, dépendants des versements saisonniers importants venus de l’Angleterre, ça risque d’être plus difficile à l’avenir.

C’est donc officiel depuis ce 1er janvier, l’Angleterre n’est plus un pays de l’Union Européenne. La libre circulation des travailleurs européens n’a donc plus lieu d’être et les joueurs de foot européens sont donc maintenant soumis aux mêmes règles que le sont depuis des années les joueurs non européens. Si la question fait débat Outre-Manche, elle semble tout de même offrir pas mal d’avantages aux clubs anglais, en tout cas les plus riches.

Et oui car s’il est vrai qu’un club comme Chelsea ne pourra plus compter sur des transferts de jeunes joueurs achetés pas cher, loués pendant quelques années et puis revendu car se trouve “Chelsea” sur leur CV, les gros clubs pourront toujours se permettre toutes leurs plus grandes lubies sur le marché des transferts. Par contre, c’est vrai que dorénavant, nos voisins britanniques devront privilégier la qualité à la quantité à laquelle ils étaient habitués par le passé. Mais si demain, Manchester City veut acheter Romelu Lukaku, nouvelles règles du Brexit ou pas, le transfert se fera sans souci.

La situation des jeunes joueurs va aussi fortement changer. Les transferts de joueurs de moins de 18 ans non anglais, c’est fini. Pour les joueurs en 18 et 21 ans, c’est dorénavant trois par mercato. Une règle qui vise à pousser les clubs anglais à miser sur les jeunes de leurs centres de formations. Avec ces règles-là, difficile de croire que Romelu Lukaku, pour reprendre son exemple, aurait rejoint les Blues de Chelsea à 18 ans, comme il y a presque 10 ans.

En plus de protéger ses jeunes joueurs locaux, issus des académies, la FA essaye de protéger la suprématie de sa Premier League sur le marché des plus gros transferts. Une suprématie renforcée avec le permis automatiquement donné dans la situation où un joueur a plus de 21 ans, est issu d’un pays du top 50 de la FIFA et compte 70% de temps de jeu avec son équipe nationale sur les 24 derniers mois. Et oui, en Angleterre désormais, on veut des stars ou des maillons importants d’une bonne équipe nationale sinon, on ne passe plus la douane footballistique.


 21,836 total views,  1 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.