Image default

Nigeria: le président appelle à la “vigilance” face à une seconde vague de Covid-19

Le président nigérian Muhammadu Buhari a appelé mardi les 200 millions d’habitants à plus de “vigilance” à la veille des fêtes de fin d’année et alors que le pays le plus peuplé d’Afrique enregistre une hausse importante des contaminations de Covid-19.

“Des rapports récents m’ont indiqué que le Nigeria faisait face désormais à une augmentation des cas de Covid-19 au niveau national, comme c’est le cas dans d’autres pays du monde qui traversent une seconde vague de l’épidémie”, a déclaré le président Buhari dans un communiqué publié à l’issue de sa rencontre avec un comité spécial.

“Alors que les fêtes de fin d’année approchent, je demande à tous les Nigérians de rester vigilants et prudents, d’éviter de se déplacer et les grandes réunions publiques”, a-t-il poursuivi. 

Depuis lundi soir, des rumeurs de fermeture de tous les lieux publics, des restaurants et des événements sociaux se sont propagées dans le pays après la publication des “recommandations” de la Force spéciale de lutte contre le Covid, un comité en charge de la lutte contre la pandémie. 

En avril dernier, le gouvernement fédéral avait imposé un confinement très strict de 5 semaines dans un pays où la majorité de la population dépend de l’économie informelle. 

Les restrictions se sont peu à peu relâchées, mais les aéroports n’ont rouvert qu’au mois de septembre et les autorités n’ont pas levé le couvre-feu imposé à minuit.

L’économie du Nigeria, essentiellement basée sur ses exportations de pétrole brut, a souffert du ralentissement de l’économie mondiale, et est entrée en récession pour la deuxième fois en quatre ans. 

Le géant de l’Afrique souffre également d’une pauvreté massive, de la chute de sa monnaie et d’une inflation depuis 15 mois consécutifs (+ 15% en novembre). 

Parallèlement, le nombre de cas positifs de coronavirus a fortement augmenté ces deux dernières semaines, notamment dans la capitale économique de Lagos, mais aussi à Abuja et à Kaduna (nord), avec l’accélération des voyages à l’étranger pour les fêtes et les rassemblements religieux. 

L’Etat de Lagos, mégapole de 20 millions d’habitants, a imposé la fermeture des boîtes de nuit, l’interdiction des concerts et des rassemblements de plus de 50 personnes vendredi dernier avec “effet immédiat”. 

Lundi, le pays comptait 78.790 cas positifs de coronavirus et 1.227 morts mais le nombre de tests effectués est largement insuffisant. 

 481 total views,  3 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.