Image default

Pauvreté et faim : les migrants victimes de la Covid-19

Fermetures des frontières, interdictions de sortie, disparition des petits boulots… Les personnes migrantes font partie de ceux qui souffrent le plus des conséquences de la pandémie de coronavirus.

Elles sont privées de leurs proches, de leurs revenus, bloquées dans des logements parfois insalubres… Les personnes migrantes vivent une période extrêmement difficile depuis le début de la pandémie de coronavirus.

À Rabat au Maroc, dans son petit logement qu’il partage avec d’autres migrants, Ali ne peut cacher ses émotions quand il raconte son quotidien depuis le début de la pandémie. “Franchement, j’ai un cœur meurtri, déçu”, confie le Togolais installé ici depuis plusieurs années

Comme lui, beaucoup vivent d’odinaire de petits boulots, sur des chantiers de construction, en vendant des mouchoirs ou des lunettes de soleil dans la rue ou encore en demandant de la monnaie aux conducteurs aux feux rouges. La pandémie a rapidement détruit toutes les sources de revenus du trentenaire. “Des fois nous restons sans rien manger, nous buvons uniquement de l’eau”, raconte le jeune homme. “Je n’arrive pas à manger, je n’arrive pas à gagner un petit quelque-chose pour payer le loyer. Quel avenir ? Ça nous donne envie d’aller en Méditerranée, soir on meurt, soir on sort…”

Lire l’article

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.