Crystal Radio

Crystal News

A l'antenne

Tire

Artist

Background

Pétrole : Le Nigeria envisage de privatiser sa puissante société d’Etat

Ecrit par Sur 29 septembre 2020

La privatisation de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) fait partie du package de mesures stratégiques proposées dans le projet de loi sur la réforme du secteur pétrolier, désormais devant le Sénat.

Abuja veut placer le capital privé au cœur du développement futur de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC). Ainsi, la privatisation de la compagnie pétrolière nationale historique est envisagée dans le package de mesures stratégiques proposées dans le projet de loi sur la réforme du secteur pétrolier présenté au Sénat ce mardi 29 septembre. Selon l’agence Reuters qui a accédé au document, le texte « propose de créer une société à responsabilité limitée dans laquelle les ministres des Finances et du Pétrole transféreraient les actifs de la NNPC. Le gouvernement paierait alors en espèces les actions de la société et il fonctionnerait comme une entité commerciale sans accès aux fonds publics ».

Une entreprise hautement stratégique

Cette information a entrainé de nombreuses supputations dans le pays. Certains ont affirmé que le gouvernement avait l’intention d’ « abandonner » la NNPC. Le ministre d’Etat aux Ressources pétrolières, Timipre Sylva, a été contraint de réagir pour clarifier. « J’ai entendu tellement de rumeur au sujet d’une (prétendue) fermeture de la NNPC, ce qui n’est pas du tout prévu dans le projet de loi. […] La NNPC sera commercialisée si le projet est adopté par l’Assemblée nationale et approuvé par le président », a-t-il déclaré en conférence de presse.

Fondée en 1976, la NNPC est sans aucun doute l’entreprise la plus stratégique pour l’Etat nigérian. D’ailleurs, le business de cette société publique fournit à plus de 70% des revenus publics, lesquels représenteraient près de 40% du PIB nigérian. Dans des conditions normales, NNPC, également producteur de gaz, écoule environ un million de barils de pétrole par jour, soit près de la moitié de la production nationale. Les données officielles font état de 2 639,68 (près de 7 milliards de dollars) de revenus issus l’exploitation pétrolière par NNPC entre décembre 2018 et décembre 2019, soit 97% des ventes globales.

Pour plus de compétitivité

Pour les autorités nigérianes, la privatisation permettra à l’entreprise de lever les fonds dont elle a besoin pour redémarrer sa machine à plein régime et renforcera sa compétitivité et sa robustesse. Comme toutes les économies fortement fondées sur l’exploitation pétrolière, le Nigeria a été lourdement impacté par la crise pandémique, même si le pays a l’avantage d’être plus diversifiés que les autres pays pétroliers du continent.

Le projet de loi pour la réforme du secteur pétrolier nigérian propose plusieurs autres mesures dont la création de nouveaux organismes de réglementation ou la réduction de la redevance des entreprises investies dans l’offshore à l’Etat. « Nous voulons voir une industrie pétrolière au Nigeria qui soit correctement réglementée, une industrie pétrolière qui non seulement soutient les investissements que nous avons, mais attire encore plus d’investissements, une industrie pétrolière très compétitive », a tweeté le président du Sénat, Ahmad Ibrahim Lawal, à l’issue d’une concertation lundi, avec plusieurs hauts responsables du secteur dont le ministre Sylva et le CEO de la NNPC, Mele Kyari, qui vient de gérer une protestation assez forte des salariés du groupe.

De quoi renforcer l’influence du secteur privé dans l’industrie

Comme l’a souligné le ministre Sylva aux médias, la privatisation de la NNPC qui est une proposition ouverte dans le projet de loi. Son effectivité dépend désormais de l’approbation des deux chambres de l’Assemblée nationale. Si elle est actée, cette orientation pourrait créer un embouteillage d’investisseurs aux portes d’Abuja, probablement, les investisseurs nationaux en premier.

Par ailleurs, la privatisation de la NNPC amplifierait davantage l’engagement du secteur privé dans l’industrie pétrolière nigériane dont l’influence est déjà accentuée par la méga-raffinerie d’Aliko Dangote en cours de construction.


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *