Crystal Radio

Crystal News

A l'antenne

Tire

Artist

Background

BILLET POLITIQUE DU 15 SEPT

BILLET POLITIQUE DU 14 SEPTEMBRE

Limitation de mandat, la CEDEAO doit s’y pencher sérieusement

La junte militaire au pouvoir au Mali rencontre ce lundi les Présidents des pays membres de la CEDEAO à Acrra pour discuter de la transition après la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta.
Depuis bientôt un mois que les militaires ont pris le pouvoir les choses tâtonnent, les militaires commencent à prendre goût au pouvoir à la grande désillusion du Mouvement du 5 juin.
La rencontre d’Accra doit permettre à la CEDEAO d’élaborer une feuille de route pour la transition au Mali. Mais au delà il faudra que l’institution sous régionale redéfinisse et repense la politique africaine surtout en Afrique de l’Ouest. Une région en proie à la crise de suffrage universel, des élections législatives exclusives ou l’on s’arrange pour avoir la majorité au parlement. Dans le cas malien, c’est d’ailleurs l’obsession d’une quête à pas forcé d’une majorité au parlement qui a été la goutte d’eau qui a débordé le vase.

Elus démocratiquement, certains Présidents
une fois au pouvoir foulent aux pieds les règles démocratiques et arborent pour la majorité, le manteau de dictateur refusant toute contradiction.
”La dictature, c’est ferme ta gueule, la Démocratie, c’est la cause toujours” disait Jean- Louis, Barrault. En refusant le choc des idées, nos présidents mettent tout en œuvre pour faire taire toutes voix discordantes.
Les unes sont portées disparues, les autres en exil et d’autres encore sont réduites au silence.

De leur envie de s’éterniser au pouvoir, on assiste à des coups d’état institutionnels car ils n’ont qu’une ambition pour la majorité: obtenir un 3e mandat contre vents et marées. Gnassingbé a eu son 3e mandat, Condé et Ouattara n’attendent que leur 3e mandat pour enfin ” faire décoller ” l’économie de leurs pays.

Si dans les constitutions rédigées l’on réaffirme la limitation à deux des mandats, c’est qu’il n’y a pas de compteur à remettre à zéro comme le chantent les candidats à un troisième mandat.
Et c’est sur ce coup de force qu’il faut que la CEDEAO se penche pour apporter de quoi atténuer l’appétit de ces chefs d’Etat qui ont du plaisir à violer leur serment démocratique.

Nelie DODJINOU

 61 total views,  1 views today