Image default

Présidentielle du 11 avril 2021: La résistance de la diaspora appelle les forces de défense et de sécurité à se ranger du côté du peuple

Ecouter l'article

La situation sociopolitique actuelle au Bénin et particulièrement l’élection présidentielle et les tensions que cela suscite préoccupent toujours la Coordination générale de la Résistance dans la diaspora (CGRD). Ces Béninois de l’extérieur réunis le 20 mars 2021 à Paris se sont à nouveau prononcés sur ce scrutin. La CGRD à travers un communiqué de presse, énumère ces constats et fait des recommandations.

DECLARATION DE LA COORDINATION GENERALE DE LA RESISTANCE BENINOISE DANS LA DIASPORA (CG/RBD) A PROPOS DE LA SITUATION SOCIOPOLITIQUE AU BENIN
20 Mars 2021

Dans quelques semaines, à l’image de certains pays de la sous-région ouest africaine, les Béninois devraient se présenter devant les urnes pour les élections présidentielles du 11 avril 2021. Mais en réalité, il n’en sera rien. Car, les béninois dans le “Bénin révélé” de Patrice Talon, se sont vus dénier leur droit de désigner librement leurs dirigeants. Sous le fallacieux prétexte des réformes du système partisan, le président Talon a, sur la base de lois scélérates, verrouillé le système politique au profit de son clan. Les acquis démocratiques arrachés au prix de hautes luttes jusqu’au sacrifice suprême et consignés dans la constitution de 1990 ont été mises dans les fers et non sans la complicité d’une classe politique corrompue et affamée.

Les Béninois patriotes et démocrates de la diaspora, réunis au sein de la Résistance Béninoise dans la diaspora pour le rétablissement de la démocratie et de l’Etat de droit, suivent avec grande préoccupation et consternation la dégradation de la situation socio-économique, politique et sécuritaire au Bénin. Face aux graves atteintes portées aux droits de l’opposition et à la démocratie, la Coordination générale de la Résistance dans la diaspora, au cours de sa réunion hebdomadaire du samedi 20 mars 2021, s’est penchée sur la situation sociopolitique et a pris les décisions qui s’imposent.

Au regard de tout ce qui précède, la CG/RBD :
• Constate que la Charte adoptée par la session extraordinaire de la CG/RBD du 11 Juillet 2020 continue d’être la grille d’analyse et d’action qui guide les choix de CG/RBD.
• Attire l’attention sur la gravité de la situation sociopolitique au Bénin surtout à l’approche des présidentielles exclusives où les manœuvres d’intimidation avec des kidnapping des citoyens paisibles se multiplient ;
• Proteste contre ces agissements du pouvoir de la rupture et exige que cessent ces manœuvres et lance un appel pressant à toute la diaspora béninoise ainsi qu’aux amis du Bénin de par le monde pour une mobilisation générale à compter de maintenant pour :
• apporter tout notre soutien sous des formes diverses au peuple du Bénin en danger dans sa lutte contre le dictateur autocratique Patrice Talon
• Exiger la libération de tous les détenus politiques au Bénin
• exiger le retour des tous les exilés politiques au Bénin
• exiger le rétablissement de la démocratie et l’Etat de droit.

• Dénonce les manœuvres politiciennes du régime visant à affaiblir la lutte du peuple béninois à travers des actes conduisant à la division au sein de certains partis politiques se réclamant de l’opposition ;
• Constate que le pouvoir tente un nouveau passage en force dans le cadre des élections présidentielles après celles des communales et municipales, et celles des législatives de 2019 sans solder les comptes du passé récent ;
• Estime que les partis d’opposition qui se sont laissées attirer par les illusions du parrainage et ont troqué la lutte pour l’avènement d’un Bénin libre et uni contre la participation aux élections et le reniement de leur engagement à s’opposer aux lois liberticides de l’Autocratie n’ont pas été cohérentes et responsables envers eux-mêmes ;
• Affirme que le 05 avril 2021 à minuit, le mandat de président de la République de M. Patrice Talon prend fin.
• Affirme que la décision de la Cour Africaine des droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) confirme l’inconstitutionnalité de la révision constitutionnelle du 07 Novembre 2019 et fait de la constitution du 11 Décembre 1990 la seule légitime pour le Benin ;
• Constate avec regret les quelques démissions et trahisons au sein de l’opposition et appelle les Béninoises et Béninois à la grande vigilance pour démasquer tous les traîtres et agents doubles encore tapis dans les rangs de la Résistance : Les masques tombent. C’est l’heure de la clarification ;
• Appelle les forces de défense et de sécurité publiques à se ranger du côté de la lutte légitime du peuple pour la libération de l’autocratie et exprime sa profonde reconnaissance à tous les vrais patriotes et démocrates, de l’intérieur et de l’extérieur, pour leur amour sincère pour le Bénin et leur cohérence dans la lutte.
• Considère que dans le contexte actuel, où toutes les structures d’organisation, de contrôle, de supervision et de validation des élections sont toujours aux mains du pouvoir despotique, aller aux élections présidentielles n’est que chimère, pure illusion et les conditions minimales n’étant pas remplies pour des élections ouvertes, équitables et transparentes.

En effet, aller aux élections présidentielles du 11 avril 2021, c’est :

• Valider tous les crimes de sang résultant de la parodie des élections législatives d’avril 2019 (cautionner les crimes perpétrés en février, mai, juin 2019 et janvier 2020 dans plusieurs localités du pays : Kilibo, Cadjèhoun, Tchaourou, Savè, Kandi…) ;
• Valider la révision opportuniste et opaque de notre Constitution et toutes les lois drones et personnelles qui tuent et emprisonnent les voix critiques ;
• Accepter la prise en otage de tous les secteurs vitaux de notre économie par le pouvoir clanique et népotiste en place, de la classe politique, des institutions de la République et du patrimoine national ;
• Accepter les députés nommés pour constituer le parlement personnel de sang du pouvoir exécutif ;
• Légitimer les actions odieuses de ce régime dit de la Rupture qui a défiguré et abîmé considérablement notre image et notre fierté nationale.
• Accepter sur la base du faux que des opposants tels que RECKYA MADOUGOU des syndicalistes tels que LAURENT METONGNON et des Web activistes tels que Jean Kpoton soient emprisonnés par une parodie de justice
• Accepter l’exil d’autres dirigeants politiques dont l’honorable DJENONTIN AGOSSOU VALENTIN, SEBASTIEN ADJAVON, LEONCE HOUNGBADJI, KOMI KOUTCHE, LEHADY SOGLO etc. et après avoir déstabilisé les partis politique de l’opposition et ce dans un climat de terreur rappelant la nuit noire de la barbarie autocratique du parti-Etat PRPB de triste mémoire, Patrice Talon a réussi à créer les conditions pour asseoir son régime autocratique sur le pays.

C’est pourquoi, la Résistance Béninoise dans la Diaspora ne se sent donc pas du tout concernée par cette vaste mascarade électorale qui vise à légitimer le pouvoir dictatorial au plan international et à renforcer l’autocratie au Bénin.
La Résistance Béninoise dans la Diaspora réaffirme son ferme engagement à demeurer aux côtés du peuple béninois (souffrant, humilié, terrorisé, méprisé et affamé) et lance par conséquent à partir de maintenant, une vaste campagne de soutien ferme sous des formes diverses à toute action sur le terrain, allant dans le sens de la restauration de la démocratie et de l’Etat de droit.

Seule la lutte paie !
Vive le vaillant peuple du Bénin
A bas le dictateur autocrate Patrice Talon
Enfants du Bénin, restons debout pour que vive le Bénin !

Paris, le 20 mars 2021

La Coordination Générale de la Résistance Béninoise dans la Diaspora

 1,270 total views,  2 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.


Crystal News

GRATUIT
VOIR