Image default

Présidentielle en Côte d’Ivoire: victoire de Ouattara reconnue en Afrique, nouvelles violences

Alassane Ouattara a reçu mardi le renfort public de ses pairs africains qui ont reconnu sa réélection à un troisième mandat controversé à la tête de la Côte d’Ivoire, où la situation politique et sécuritaire restait tendue avec des nouvelles violences dans le Centre-Est.

Dans le sillage de troubles qui avaient fait neuf morts à Daoukro et Sikensi (centre-est) lundi, des affrontements intercommunautaires avaient lieu à M’Batto, à 200 km d’Abidjan.

Au moins trois personnes y sont mortes lundi et mardi et 26 blessées, selon un porte parole de la gendarmerie, alors que de nombreux habitants de la région parlent d’un bilan plus lourd lors de ces heurts entre des Agni, ethnie locale réputée pro-opposition, et des Dioula originaires du Nord, réputés pro-Ouattara.

“Le commandant de la gendarmerie (le général Alexandre Apalo Touré) a échangé avec les différentes communautés en soirée. Les entretiens se poursuivront demain (mercredi)”,a précise ce porte-parole  

“La situation est calme, les renforts déployés effectuent des patrouilles dans la ville”, a-t-il conclut. 

Mi-octobre, des violences entre Agni et Dioula à Bongouanou, près de M’Batto, avaient fait au moins deux morts.

Les troubles liés à l’élection ont fait une cinquantaine de morts depuis trois mois, dont une dizaine lundi, alors que l’opposition avait appelé à une journée de mobilisation. 

L’Union africaine (UA) et la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont félicité le chef de l’Etat ivoirien, après la validation définitive lundi par le Conseil constitutionnel de la victoire de M. Ouattara au premier tour du scrutin présidentiel du 31 octobre avec 94,27% des voix, pour un troisième mandat que l’opposition juge inconstitutionnel.

La présidence ivoirienne a aussi reçu, par courrier, des messages du Maroc, du Sénégal, du Togo et du Ghana, selon une source proche de la présidence.    

L’opposition ivoirienne a boycotté l’élection et refuse de reconnaître sa validité.

Alors que le pouvoir et l’opposition ivoiriens sont à couteaux tirés, l’UA “invite tous les acteurs politiques à privilégier le dialogue pour préserver la cohésion sociale et la paix”, et la Cédéao “exhorte” le président Ouattara à “tout mettre en oeuvre en faveur du rassemblement des Ivoiriens”. 

 640 total views,  1 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.