Image default

Un homme condamné à mort pour un féminicide qui a choqué le Koweït

Ecouter l'article

Un tribunal pénal du Koweït a condamné à mort un homme pour le meurtre d’une jeune femme qui avait déposé plusieurs plaintes pour harcèlement contre lui, un drame qui a bouleversé ce pays du Golfe conservateur, a annoncé mardi l’avocat de sa famille.

En avril, Farah Akbar, 32 ans, avait été sortie force de la voiture dans laquelle elle se trouvait avec ses deux filles et sa soeur, puis poignardée à la poitrine, selon le ministère de l’Intérieur. 

Le meurtrier, qui l’avait demandée en mariage alors qu’elle était déjà mariée, avait rapidement été arrêté puis avoué le crime. Il a été “condamné à la peine de mort par pendaison”, a indiqué à l’AFP l’avocat de la famille de la victime, Me Abdelmohsen al-Qattan.

“Le verdict a mis le doigt sur la vérité. Nous espérons qu’il sera confirmé (en appel) et appliqué pour soulager la famille” de Mme Akbar, a affirmé l’avocat. Le condamné a un mois pour faire appel, a-t-il précisé.

La jeune femme avait déposé deux plaintes pour harcèlement auprès de la police contre l’homme, qui avait été arrêté puis relâché sous caution. L’assassinat de Mme Akbar a provoqué une onde de choc et suscité des manifestations contre l’inaction des autorités de ce riche pays pétrolier.

“Les femmes koweïtiennes réclament des refuges et des lois qui les protègent du harcèlement, des abus et des meurtres”, a souligné auprès de l’AFP Louloua al-Mulla, présidente d’une association de défense des droits des femmes.

“De nombreuses femmes étaient déjà victimes de harcèlement et même de meurtres. Farah a été la goutte qui fait déborder le vase. Ca suffit!”, s’est-elle exclamée.

Fin avril, des dizaines de personnes ont manifesté à Koweït City pour protester contre les violences faites aux femmes après le meurtre de Farah Akbar.

Ce dernier a eu lieu alors que le mouvement #MeToo inspirait une libération de la parole dans le pays, encouragée par une célèbre blogueuse de mode. Des témoignages de femmes traquées, harcelées ou agressées ont déferlé sur le compte Instagram “Lan Asket” (“Je ne me tairai pas”).

 56 total views,  1 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.