Image default

BILLET POLITIQUE DU 11 JANVIER 2021

Les institutions fortes, gage de la Démocratie.

‘’Les institutions ne permettent pas de modifier les résultats même si celui qui m’a nommé me l’exige’’ affirmait Mike PENCE le vice-président américain et président de la chambre des Républicains. Une réplique au président Donald TRUMP qui lui faisait injonction de faire preuve d’un courage extrême pour empêcher le processus de certification de l’élection de Joe Biden. Même si parallèlement Donal Trump a réussi à mobiliser des centaines de ses partisans à prendre d’assaut le Capitol.
Le Capitol ou le siège du Congrès, le parlement américain est pour l’Amérique le sanctuaire de la Démocratie, lieu où s’exerce le pouvoir législatif. Une scène qui a choqué le monde, un président qui a fait feu de tout bois pour ne pas reconnaitre la victoire de son adversaire avec des théories de complots et des militants fanatiques d’un président populiste qui foule au pied les principes élémentaires de la Démocratie .

Une Démocratie vielle de plus de «deux cents cinquante ans a été violemment secouée et pourtant cela n’a pas empêché le processus démocratique en cours. La certification est allée à son terme avec 306 voix pour Joe BIDEN et 232 pour Donald TRUMP. Les institutions ont tenue bon, elles ont résisté à l’assaut la plus violente de l’histoire politique contemporaine des Etats Unis d’Amerique.

Des signes de fébrilités existeront toujours car l’on ne peut jurer de quoi est capable un homme avide de pouvoir et surtout lorsqu’il est un mauvais perdant. Mais la Démocratie triomphera toujours si les organes garants de cette Démocratie résistent. Et qui dit institutions dit des hommes car elles doivent leur stabilité et leur force aux hommes qui les animent c’est-à-dire que ce sont les hommes qui font la renommée et la notoriété d’une institution et je pense que la Cour constitutionnelle béninoise devrait aller à cette école.

Premier pays en Afrique à ouvrir la voie du renouveau démocratique et au multipartisme intégral, le Bénin vit aussi une crise sans précédent de sa Démocratie. En se soustrayant à son devoir de garant de la Démocratie et de l’Etat de Droit en République du Bénin ; Joseph DJOGBENOU, président de la cour constitutionnelle en ce moment aura non seulement violé le serment celui de veiller à la constitutionnalité des actes qui nous régissent mais refuse aussi de jouer son rôle de régulateur de vie politique du Bénin dans sa décision DCC 21-010 du 07 janvier 2021 relative au système de parrainage. Le gardien du temple ferme les yeux sur les profanations.

Les connivences, les mariages incestueux des hommes très peu convaincus de la Démocratie se laisseront trainer par l’homme fort du moment dans ses délits les plus fous celui de détruire tous les fondamentaux pour conserver le pouvoir.

Même si Barack OBAMA ancien président américain appelait les pays africains à avoir des institutions fortes et non des hommes forts moi je dirai que la force des institutions dépend de la qualité, du patriotisme et du charisme des hommes qui les animent.

Nelie DODJINOU

 822 total views,  1 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.


Crystal News

GRATUIT
VOIR