Image default

Élections générales au Ghana: une journée de vote dans le calme, émaillée de quelques incidents

Ce lundi 7 décembre au Ghana, l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest, 17 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes pour choisir entre 12 candidats à la magistrature suprême, et élire leurs 275 députés.

« NDC. NPP. NDC. NPP. » Il est 17h15, le bureau de vote vient de fermer. Le dépouillement commence. Dans ce commissariat du quartier d’Osu, où les électeurs se sont succédé depuis le matin, ces mêmes électeurs sont revenus vérifier à la tombée du jour que leur vote était bien pris en compte. « Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en la Commission électorale, tente de nuancer un vingtenaire sous son masque bleu. Mais disons que je préfère être là pour m’assurer par moi-même que tout reste bien transparent. »

Dans les 38 622 bureaux de vote ouverts ce lundi, le rituel est le même. Les agents électoraux procèdent au dépouillement en public, en annonçant à voix haute le choix de chaque bulletin. Une cinquantaine de personnes sont venues assister à la scène. Le tout dure en théorie à peine une demi-heure, explique le directeur du bureau de vote, mais peut se prolonger jusque tard dans la soirée, si des électeurs exigent un recompte.

Dans l’ensemble, la journée de vote s’est déroulée dans le calme, de 7h à 17h, comme convenu. Des incidents ont tout de même été rapportés à la mi-journée. À Kasoa, des hommes encore non identifiés ont tiré sur la voiture de deux membres du Congrès démocratique nationale (NDC), le parti d’opposition. Les blessés ont été hospitalisés. Les assaillants ont pris la fuite et sont recherchés par la police. Certains bureaux de vote ont été débordés par la foule des électeurs, comme à Odododiodoo, une circonscription d’Accra.

Une victoire probable au premier tour

Le président sortant, Nana Akufo-Addo, est allé voter ce matin à Kyebi, dans l’est du pays. Souriant, il a déclaré à la presse être « content du déroulement de la journée ». Son rival John Mahama, lui aussi ex-chef de l’État, désormais dans l’opposition à la tête du NDC, votait quant à lui à Bole, dans le centre-ouest, sa région d’origine, où le scrutin se déroulait sans incident.

Dix autres candidats étaient en lice, mais sans grandes chances de l’emporter : aucun n’avait fait plus de 1% des voix au dernier scrutin. La Commission électorale a promis de donner ce mardi les résultats du vote. Le vainqueur devra remporter plus de 50% des suffrages pour l’emporter au premier tour, faute de quoi un second tour aura lieu le 28 décembre. Ce qui serait une première dans l’histoire de la démocratie ghanéenne.

 645 total views,  1 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.