Image default

BILLET ECO DU 11 NOV

Billet économique du 11 novembbre

Alors que le monde entier n’a pas encore fini d’essuyer les conséquences de la pandémie de la covid 19, une deuxième vague refait surface et plombe à nouveau les activités économiques à travers le monde entier. Dans plusieurs pays à l’instar de l’Irlande, la France, la Grèce l’on parle déjà du re-confinement avec l’obligation de rester chez soi toute la journée, en dehors d’une série d’exceptions. Les cafés et restaurants fermeront sauf s’ils proposent de la vente à emporter ou des livraisons. Les citoyens ne peuvent se déplacer qu’avec des autorisations. Chacun est cloîtré dans ses quatre murs, abandonnant toute activité, au risque de se transformer en véhicule du virus. Un virus jamais imagine mais qui secoue l’humanité avec au compteur, des millions de personnes tuées. Aujourd’hui, beaucoup ont la volonté de bouger, de fleurir leurs activités, d’aller et de revenir librement. Mais tout ceci n’est possible que lorsque vous battez la plaine forme, la bonne santé. Lorsqu’on jette un regard dans le rétroviseur, les conséquences sociales, économiques, sanitaires et même politiques sont énormes. Les effets sont visibles dans tous les pays et aucun Etat n’est plus prêt à revivre ces moments douloureux de l’histoire de la terre. Les dispositions sont aussitôt prises lorsque de nouveau de la pandémie s’annoncent dans un pays. S’il est vrai, que le continent africain a été de tout temps celui qui abrite plusieurs maux dans le monde entier, il n’en demeure pas moins vrai que de plus en plus les choses tournent à son avantage même si les conséquences sont partagées, chaque pays ayant sa dose normale. Nous avons connu les criquets pèlerins qui dévastent toutes les cultures sur leur passage, la peste porcine qui a tôt fait de quitter là-bas pour ici soldée par la mort de plusieurs bétails au grand dam des éleveurs, la vache folle, l’Ebola, le Lassa et la liste est longue… Le Coronavirus aurait eu sa racine en Afrique, que même si les autres continents allaient en souffrir, son évolution serait circonscrite et la maladie limitée aux premiers pays qui l’auraient contractés, avec des restrictions de voyage et l’embargo sur plusieurs pays. Le nouveau Coronavirus est apparu pour la première fois là-bas, et très rapidement, il s’est invité en Afrique en quelques jours seulement. Si ce continent était un terrain vraiment fertile à la pandémie, toute l’économie de nos pays serait décimée. Des morts, on en aurait compté par millions, mieux que les pays de provenance. Pour ce que nous savons, toutes les économies des différents pays sont en régression du fait de ce virus. Certains tentent de se refaire une santé économique en n’oubliant pas les gestes barrières. Voilà qu’à peine le monde retient son souffle, qu’une deuxième vague de la pandémie se lève. Visiblement plus dangereuse que la première. Ainsi, tous les efforts que ne cessent de déployer les autorités étatiques pour contrer le mal et prendre son contrôle afin de redonner vie aux activités s’amenuisent. Et ce qui guette l’humanité, c’est la faim, comme elle n’en a jamais eu. 

 1,047 total views,  2 views today

Articles Similaires

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.